Etat d’avancement du projet municipal – janvier 2011

Extrait du discours des voeux du maire

« Le premier atout de notre ville c’est son caractère résidentiel qui en fait la ville la plus verte du Nord des Hauts-de-Seine. C’est un atout naturel lié à l’histoire de notre ville et à sa taille. Mais c’est aussi un atout qui demande à être conservé avec détermination. Alors que nous sommes à moins de dix minutes de Paris, la pression immobilière est très forte et il suffirait d’un manque de volonté politique pour que très rapidement Bois-Colombes se densifie et s’urbanise à grande vitesse comme c’est le cas pour beaucoup de villes du nord du département.

C’est pourquoi nous avons établi un plan local d’urbanisme garantissant la préservation du secteur pavillonnaire. Nous considérons qu’ici, à Bois-Colombes, il n’y a pas de place pour des tours et des grands ensembles. Et quand il y a des grands ensembles que nous pouvons remplacer par un habitat plus humain, nous n’hésitons pas à le faire comme nous l’avons décidé récemment dans le quartier nord.

Deuxième principe : Bois-Colombes doit rester une ville active. Elle ne doit pas devenir une ville exclusivement résidentielle. Nous avons eu pendant longtemps des entreprises à caractère industriel. Quand ces entreprises sont parties, nous avons décidé d’en faire venir de nouvelles. Et pour que le départ éventuel d’une société ne compromette pas l’équilibre de toute l’économie locale, nous accordons autant d’attention  aux grandes entreprises qu’aux petites sociétés et aux commerces de proximité.

Le maintien des entreprises est une façon d’animer la ville. C’est aussi un moyen, sinon le seul moyen de financer les améliorations  attendues par les Bois-Colombiens en répartissant l’effort entre les habitants et les entreprises. Et c’est grâce à cette politique que nous avons pu tout à la fois lancer des projets, stabiliser la fiscalité avant d’engager une diminution.

Quels sont les changements qui nous paraissent prioritaires et que nous menons pour améliorer la vie des Bois-Colombiens ? Ces changements sont nombreux mais ils ont tous en commun  un objectif : celui de donner aux Bois-Colombiens l’envie de profiter de leur ville. Pour nous une ville n’est pas seulement un espace fonctionnel dans lequel on se déplace et on habite. La ville doit être aussi un lieu où on a plaisir à se distraire et à se promener.

Le cadre de vie est donc essentiel. Et pour l’améliorer il faut donner une place plus grande au piéton, lui offrir la possibilité de se déplacer facilement et en toute sécurité mais aussi de s’assoir et de ne rien faire sinon regarder.

Cette ambition passe par plusieurs actions.

La première consiste à faire en sorte que Bois-Colombes ait plus d’espaces publics.

Des espaces verts, bien sûr et si possible, un dans chaque quartier. C’est depuis longtemps le cas du centre ville avec le parc des Tourelles. C’est le cas depuis 2005 dans le sud avec le parc des Bruyères. Ce sera le cas demain dans le quartier nord lorsque la surface du parc Pompidou sera doublée.

Donner une plus grande place au piéton à Bois-Colombes, c’est aussi réaliser des passages qui leurs soient réservés. Nous avons commencé à le faire avec le passage de l’école Dolto. Nous avons continué dans le centre avec l’aménagement du passage Doussineau et la place de l’église. Nous l’avons fait récemment avec la nouvelle place Mermoz et le passage du nouveau collège.

Nous allons continuer en lançant un projet très ambitieux de coulée verte, qui consistera à réaménager en sentiers ouverts au public les voies SNCF qui sont aujourd’hui désaffectées. Notre objectif est de développer à travers Bois-Colombes des parcours buissonniers, de véritables GR urbains, en nous appuyant sur le  Conseil général qui, dans ce domaine comme dans bien d’autres, est le premier partenaire de notre ville. C’est enfin l’objectif de la passerelle qui reliera bientôt le square de la mairie et la médiathèque à l’espace aquatique. Plutôt que de faire un détour par la rue des Bourguignons ou la rue Paul Desroulèdes, cette passerelle constituera le nouveau trait d’un parcours reliant le parc des Bruyères au parc Pompidou en passant par le parc des Tourelles et le centre ville, le tout en moins d’une demi heure et en empruntant des rues calmes.

Encourager les déplacements à pied plutôt qu’en voiture, c’est aussi développer les transports publics. Ce domaine ne dépend pas de nous car les décisions se prennent surtout à l’échelon régional et national. Mais j’ai suivi de très près le choix du tracé du tramway dans le quartier nord de même que j’ai beaucoup milité avec les élus de Courbevoie et d’Asnières pour que la gare de Bécon soit intégrée dans le dispositif transport du grand Paris.

Le cadre de vie c’est aussi l’habitat. Bois-Colombes a la chance, je le disais, d’avoir un patrimoine composé de nombreuses maisons avec leurs jardins. Malheureusement, il y a aussi à Bois-Colombes des zones qui demandent à être rénovées complètement, un bâti vétuste et qui ne sera jamais rénové, parce que les propriétaires n’en ont pas les moyens, voire même parfois pas la volonté. C’est le sens de l’opération que nous menons sur le quartier Nord, dans le cadre de la Zone d’Aménagement Concerté Pompidou Le Mignon. Cette zone a pour objectif de requalifier un habitat médiocre en intégrant l’avenue d’Argenteuil. C’est un projet très ambitieux qui a commencé par l’aménagement de la place Mermoz, la construction d’un second collège ainsi que par l’extension de l’écvole Saint-Exupéry. C’est une opération aussi importante que celle que nous avons menée aux Bruyères mais beaucoup plus complexe dans la mesure où nous intervenons dans le cadre d’un tissu urbain existant. Cela dit c’est un beau challenge et je suis persuadé que nous réussirons.

Donner des raisons aux Bois-Colombiens de profiter de leur ville c’est aussi leur proposer des activités et, si possibles, des activités dans chaque quartier. Dans ce domaine, les associations jouent un rôle essentiel. Mais la commune agit aussi beaucoup à travers les manifestations que nous organisons tout au long de l’année, les stages et les cours de l’Espace Shiffers. C’est l’objectif que nous poursuivons également en réhabilitant totalement la salle Jean Renoir qui, à l’issue des travaux, sera un équipement totalement nouveau, en mesure d’accueillir des spectacles conçus à la fois par des professionnels et par des associations.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s